Septembre 2018

PERSONNES ÂGÉES. Un accompagnement après les urgences

Bordeaux et de son agglomération, l’équipe urgence nuit raccompagne les personnes âgées après leur séjour aux urgences.
Ce soutien permet de réorganiser la vie quotidienne pour assurer un retour pérenne du patient à domicile.

 

« Nous sollicitons l’équipe urgence nuit quasi-quotidiennement », annonce le Dr Emmanuel P., médecin adjoint au chef de service des urgences de l’hôpital bordelais Robert-Picqué. Ce dispositif unique en France a été mis en place en 2014 par la maison de santé protestante Bordeaux-Bagatelle (MSPB). L’équipe, composée d’une infirmière et d’une aide-soignante, intervient dans les six centres d’urgence de Bordeaux Métropole pour raccompagner chez elles des personnes âgées sortant des urgences pendant la nuit.

Cette patiente de 83 ans, par exemple, s’est fracturée la cheville après une chute. Elle est encore aux urgences à 22h après consultation, radio, pose du plâtre. « Auparavant, on aurait pu la garder toute la nuit avant de la renvoyer chez elle le lendemain, détaille l’urgentiste. Pourtant, on sait que cela peut être assez perturbateur pour ces patients. » Maintenant, les urgences sollicitent l’équipe urgence de nuit (EUN) – lorsque le cas le nécessite et avec l’accord du patient.

 

RÉORGANISER LA VIE À DOMICILE

L’équipe se déplace entre 17h et 3h du matin sur le site des urgences. Elle rencontre l’urgentiste et la patiente, puis suit l’ambulance jusqu’au domicile. « La personne est rassurée de retrouver les mêmes professionnels », explique Olivier Frézet, directeur de DomCare, la branche médico- sociale de la MSPB. L’équipe vérifie la locomotion, la cognition du patient dans son environnement habituel, l’aide pour la toilette, prépare le repas, rencontre l’aidant, contacte le médecin généraliste, voire réorganise le logement. L’intervention de l’EUN s’étale sur quatre ou cinq jours maximum, le temps de réorganiser le projet de vie à domicile.

L’EUN effectue 120 à 130 retours à domicile par an. Un soulagement pour les médecins urgentistes. « Nous faisons appel à cette équipe car c’est une garantie que la prescription va être suivie, que la consultation de contrôle va être réalisée par le médecin traitant, que les soins infirmiers vont être effectués », souligne Emmanuel P.