Novembre 2018

LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALE en cancérologie

Estelle Ménard et Philippe-Jean Bousquet
L’INCa propose un état de la situation démographique de trois spécialités médicales intervenant directement ou indirectement dans le traitement du cancer : l’anatomopathologie, l’oncologie médicale et la radiothérapie.

 

L’exercice de la cancérologie est fondé sur l’intervention, souvent séquentielle, d’une pluralité de spécialités médicales, avec notamment les oncologues médicaux, les chirurgiens et spécialistes d’organes, les radiothérapeutes et les hématologues qui consacrent la majeure partie, si ce n’est la totalité, de leur activité à la cancérologie, auxquels s’ajoutent les anatomocytopathologistes, indispensables pour déterminer les caractéristiques de la tumeur et adapter le traitement. Impulsé par le Plan cancer 2014-2019 afin de « réduire les inégalités territoriales et éclairer les décisions dans l’ouverture de postes en cancérologie », l’Institut national du cancer (INCa), en partenariat avec l’Observatoire national de la démographie des professions de santé, propose un état de la situation démographique de trois spécialités médicales intervenant directement ou indirectement dans le traitement du cancer : l’anatomopathologie, l’oncologie médicale et la radiothérapie.

 

DES PROFESSIONS QUI SE FÉMINISENT

L’oncologie médicale et l’anatomopathologie sont des professions féminisées, avec respectivement 53 % et 62 % de femmes dans ces deux spécialités. La radiothérapie, majoritairement masculine, se féminise progressivement. En 2013, les femmes représentaient 37 %, pour atteindre 41 % en 2016.