Janvier 2019

HÔPITAL ET CENTRE DE SANTÉ. Une coopération inspirante

Gaëlle Desgrées du Loû

ASSISTANTS PARTAGÉS

La création de postes d’assistants spécialistes à temps partagé favorise cette coopération médicale et territoriale. Si des temps partiels de gérontologie et gastro-entérologie sont prévus au centre de santé, le compte n’est pourtant pas suffisant. « Nous n’avons pas le budget pour recruter actuellement, même sur des postes à durée limitée », regrette le Pr Élisabeth Aslangul, interniste et responsable de la plateforme ambulatoire médicale de l’hôpital Louis-Mourier. L’un de ses souhaits est de créer des postes d’assistants partagés de médecine générale. Ils viendraient passer un peu de temps à l’hôpital, pour la polyclinique et pour des consultations non programmées, de façon à désengorger les urgences. Mise en place en septembre 2017, la cellule territoriale de coordination a permis de développer les liens, mais les contacts se font maintenant directement, et ses missions gagneraient à être redéfinies, « plus en lien avec les acteurs de terrain », souligne le Pr Aslangul. « La cellule reste très utile pour avoir des informations sur un patient qui a été hospitalisé de manière non programmée et préparer sa sortie », témoigne le Dr Loyer.

 

ÉTENDRE LE PARTENARIAT

Quant aux barrières entre la ville et l’hôpital, elles tombent peu à peu. « On n’attend plus les comptes rendus, on se passe des coups de fil pour programmer les entrées des patients, les informations circulent beaucoup plus vite », assure Guirec Loyer. « Quand on se connaît, les échanges sont simplifiés », confirme Élisabeth Aslagul. Elle veut aller plus loin et se rapprocher de l’ensemble des centres de santé du territoire, qu’ils soient publics ou privés (en secteur 1, tiers payant), quitte à bousculer. « Certains pensent que les valeurs du service public ne sont défendues que dans le public, ce sont des querelles d’un autre âge », pense-t-elle. Des collaborations ont déjà débuté avec le Médipôle de Nanterre et le centre médical et dentaire Dentylis à Colombes.