Janvier 2019

EXPÉRIMENTATIONS. Le Vaucluse mise sur les infirmières de pratique avancée

BIENTÔT DE NOUVELLES ORGANISATIONS

En septembre dernier, la maison de santé de Carpentras postule et est retenue, avec 17 autres structures (du CHU aux CPTS en passant par des CH, des GHT et des MSP) pour participer au groupe de travail animé par la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) autour des incitations à une prise en charge partagée (Ipep). À la suite de ces échanges, la MSP de Carpentras remettra, fin janvier 2019, son projet pour participer aux expérimentations de nouvelles organisations de santé dans le cadre de l’article 51. Pour rappel, cet article de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018 propose des expérimentations innovantes en termes d’organisation dans le secteur sanitaire et médico-social afin d’améliorer la prise en charge et le parcours des patients, l’efficience du système de santé et l’accès aux soins. Une circulaire du 13 avril 2018(3) en a précisé les modalités.

La proposition de la MSP de Carpentras ? Une infirmière de pratique avancée (IPA) pour le case management des patients aux parcours complexes. Concrètement, celle-ci accompagnera les patients qui ont besoin d’intervenants multiples, dans des endroits multiples. Elle fera ainsi le lien entre l’hôpital et la ville en sortie d’hospitalisation, par exemple. Et elle vérifiera que tout se passe bien, mènera des entretiens motivationnels. « Pour ce case management, nous avons besoin des compétences d’infirmières de pratique avancée, explique le Dr Sébastien Adnot, généraliste à la MSP de Carpentras et auteur de cette proposition. Ce ne sera pas comme dans une maison pour l’autonomie et l’intégration des malades Alzheimer (Maia). L’infirmière de pratique avancée aura à gérer des patients très variés. Le problème reste que les IPA sont formées pour l’hôpital, mais il va falloir qu’elles se déploient aussi en ville. »

La candidature de la MSP de Carpentras, en tant que participante au groupe de travail, sera prioritaire sur les propositions extérieures. Reste à attendre donc l’évaluation de ces projets mais surtout les arbitrages du ministère en termes de financement. Doté de 20 millions d’euros pour 2018, le Fonds d’innovation du système de santé pourrait être complété par le fonds d’intervention régional des ARS de 5 millions d’euros. Verdict attendu en février ou mars.

3. Site legifrance