Janvier 2019

SOINS PRIMAIRES. L’Europe partage ses expériences

Gaëlle Desgrées du Loû

...garçons), la plupart venant d’Afrique subsaharienne (Mali, Côte d’Ivoire, Guinée) mais aussi de Syrie et d’Afghanistan. Âgés en moyenne de 16 ans, ces jeunes migrants peuvent souffrir de stress post-traumatique. Les consultations, qui sont l’occasion d’une remise à jour des carnets de vaccination, font également ressortir des problèmes bucco- dentaires, des souffles cardiaques et des problèmes de vue. « Depuis septembre, nous sommes confrontés à un véritable débordement des services sanitaires et sociaux, avec l’augmentation importante des jeunes migrants non accompagnés, indique Louise Rossignol. Nous allons essayer de répartir le nombre sur l’ensemble du territoire car nous répondons à un vrai besoin de service public, en permettant à ces jeunes qui n’ont pas encore de droits ouverts, d’avoir accès à des consultations médicales. »

Côté financement, la structure bénéficie de plusieurs dotations (département, ville notamment) en répondant à des appels à projets spécifiques, en particulier sur la santé des jeunes. Pour les jeunes étrangers non accompagnés, les factures sont adressées à l’aide sociale à l’enfance. La présentation de cette initiative lors du dernier forum a généré un échange d’expériences sur la prise en charge sanitaire et sociale des jeunes migrants, la perception et la représentation de ces derniers dans les différents pays membres.