Avril 2019

RÉSEAU MILLESOINS. Les pharmaciens en vrais maîtres d’oeuvre

UNE COOPÉRATIVE TERRITORIALE PHARMACEUTIQUE

Les projets qui encadrent le réseau Millesoins ne manquent pas. Certains sont directement initiés par les pharmaciens du territoire, qui souhaitent s’organiser en coopérative territoriale pharmaceutique. « Nous sommes cinq officines dans le réseau, suffisamment éloignées pour ne pas être en concurrence, rapporte Antoine Prioux. Mais trois d’entre nous sont en âge de prendre leur retraite. Se pose alors la question du renouvellement de la pharmacie et comment faire en sorte que ce travail en équipe de soins primaires permette de faire évoluer notre métier vers des modes de rémunération plus vertueux ? » Aussi ont-ils pensé à la création d’une coopérative territoriale pharmaceutique, en cours d’élaboration. « Nous ne disposons pas encore d’outil juridique comme les Sisa. Nous souhaitons donc instaurer une société-mère au sein de laquelle les cinq pharmaciens d’officine auraient des parts sociales et seraient sociétaires dans un but de mutualiser les moyens. » Une pharmacie pourrait par exemple investir dans un robot pour la préparation des doses à administrer afin de fournir un service aux établissements médico-sociaux. Une autre officine pourrait se spécialiser dans le maintien à domicile et investir dans des solutions sur la perte d’autonomie. « Mais ces investissements ne sont possibles que si l’ensemble des pharmaciens investissent ensemble, donc via la coopérative », indique Antoine Prioux. Cette organisation peut aller plus loin car « si les pharmaciens parviennent à bien s’organiser pour se dégager du temps, cela nous permettrait, à nous médecins, de voir moins souvent nos patients puisqu’ils seraient réévalués de manière intermédiaire par un professionnel de santé, estime le Dr Grenaille. Nous pourrions ainsi les recevoir en consultation de manière plus qualitative. »