Décembre 2019

MOIS SANS TABAC. 37 MSP expérimentent le sevrage

Pendant un an, un professionnel de la MSP appelle tous les trois mois les patients pour les interroger : fumez-vous du tabac, même occasionnellement ? Si oui, avez-vous fait une tentative d’arrêt d’au moins 24 heures au cours des trois derniers mois ? Quel type de tabac fumez-vous ? Si non, depuis combien de temps avez-vous arrêté de fumer ?... Les soignants reportent ensuite les réponses sur un questionnaire en ligne pour la récolte de données. Les actions sont mises en place en conséquence.

Médecin généraliste et coordinatrice du Pôle de santé des Rives du Jarlot (Bretagne), Céline Lopin travaille en binôme avec l’infirmière libérale. Elles ont inclus 70 à 80 patients dans le projet auquel participent 15 professionnels du pôle de santé : médecins généralistes, angiologue, pharmaciens, infirmières libérales et masseurs-kinésithérapeutes. « Comme le projet d’AVECsanté était déjà monté, nous avons trouvé intéressant d’en bénéficier, clé en main, et de pouvoir échanger avec les équipes bretonnes concernées. Ce qui a permis, par exemple, aux infirmières et aux masseurs-kinésithérapeutes, peut-être moins à l’aise avec cette problématique, d’échanger sur les traitements substitutifs qu’ils peuvent prescrire aux patients. Nous avons aussi organisé une formation avec une tabacologue du centre hospitalier, qui va aussi nous former à l’entretien motivationnel. Ce projet nous a aussi amenés à créer une nouvelle mission pour le pôle en répondant à un appel à projets de l’ARS Bretagne sur la prévention des addictions chez les jeunes sportifs », explique le médecin.

« Nous avons élaboré un socle minimal d’actions que nous avons transmis aux équipes, précise Camille Joseph. Et leur avons aussi conseillé d’identifier des solutions d’accompagnement externes à la MSP. Mais chacune s’organise comme elle le souhaite. » Soit, par exemple, mettre en place des consultations anti-tabac, prescrire des substituts nicotiniques, proposer une approche motivationnelle ou orienter vers d’autres professionnels comme des hypnothérapeutes. La déclinaison du projet au sein de chaque MSP et les mesures mises en place seront évaluées via les différents questionnaires afin d’identifier les modes d’organisation et les leviers d’action sur la prévention les plus efficaces. La pérennisation du projet en dépend.