Le Concours Médical
Mars 2020

APC-HANDICAP.ORG. Accompagner la « re-vie »

Jonathan Herchkovitch

SORTIR POUR MIEUX GUÉRIR

L’association propose de nombreuses activités : des ateliers d’arts graphiques, des activités sportives. Tout ce qui permet aux patients de sortir des murs de l’hôpital est valorisé. Elle organise ainsi des sorties culturelles mais également des stages à la montagne ou au bord de la mer, où les patients peuvent s’essayer au rafting, à la plongée ou au char à voile.

« J’ai rencontré des patients qui rentrent tout juste du ski, raconte Mounir Al Rafei. Et je peux vous assurer qu’ils n’ont pas du tout la même expression sur le visage qu’avant de partir. » Un point essentiel, car la reconstruction des patients passe aussi par le moral. « Certains en veulent à la terre entière, d’autres se retrouvent seuls parce qu’ils perdent leur conjoint qui n’est pas prêt à vivre avec une personne handicapée », ajoute-t-il. L’association profite également des rendez-vous de la vie civile pour réunir les patients autour de son équipe à l’occasion d’une galette des rois, de la fête de la musique, ou dès qu’un événement le permet. Les petites sorties viennent rythmer la vie hospitalière : les lundis cinéma, des dîners au restaurant… autant de parenthèses essentielles au moral des patients.

 

SORTIR POUR PRÉPARER L’APRÈS

Si l’APCH s’est donné comme mission d’améliorer la vie à l’hôpital, elle met aussi un point d’honneur à en préparer la sortie. Elle parle de « re-vie », d’adaptation à une nouvelle existence. Pour cela, elle dispose d’un outil indispensable : « Nous avons la chance de disposer de véhicules adaptés pour faire sortir les patients de l’hôpital », souligne Nadine Vaugeois. Des véhicules qui servent aux sorties mais aussi à réhabituer les patients à la vie civile. « Ils ont souvent peur de sortir, ils se sentent dans une situation d’infériorité liée à leur handicap, poursuit-elle. Grâce à ces véhicules, que nous prêtons aux familles, ils peuvent se préparer à leur nouvelle vie. »

Pour adoucir la transition, l’association organise également des sorties individuelles avec des bénévoles, en concertation avec les soignants et les éducateurs. Un kinésithérapeute ou un ergothérapeute peut aussi accompagner le groupe qui aide le patient à expérimenter son futur quotidien à domicile. Ils parcourent ensemble les trajets qui deviendront habituels, prennent les transports en commun, vont faire les courses, etc.

Hospitalisation, transition, nouvelle vie… L’Association Point carré handicap tente de donner de nouvelles perspectives de vie aux patients de l’hôpital de Garches. Mais, bientôt, elle devra déménager. En 2027, les activités de l’hôpital Raymond-Poincaré seront transférées, ce qui laisse planer un doute sur la pérennité de l’APCH. « Nous continuerons de travailler, précise Mounir Al Rafei. Nous sommes invités à discuter les nouveaux plans, et il est prévu que nous ayons des bureaux à l’hôpital Ambroise-Paré. »