Le Concours Médical
Mai 2020

BREIL-SUR-ROYA. Une maison de santé au coeur de l’hôpital de proximité

UN BÂTIMENT DE 600 M2

En 2010, les professionnels de santé souhaitent modifier leur organisation. « Les médecins ont démarché l’hôpital de proximité de Breil-sur-Roya, qui disposait d’un bâtiment libre, pour proposer d’y installer leur maison de santé rurale », raconte le médecin généraliste. Le projet est réalisé en partenariat avec l’agence régionale de santé et l’hôpital, afin d’obtenir des fonds pour rénover le bâtiment de 600 m2. Février 2012 signe l’entrée dans les murs. « Quand je suis arrivé fin 2011, mon objectif était de faire évoluer la structure en MSP, en élaborant un projet de santé commun », témoigne Jean-Louis Gerschtein qui en devient le leader. Entre-temps, l’équipe s’étoffe : dentistes, kinésithérapeutes, infirmières libérales, orthophonistes, radiologues, ophtalmologues… La MSP compte aujourd’hui une trentaine de soignants. « Nous avions nos cabinets dans le village, et avions déjà envisagé de nous regrouper, notamment pour avoir des locaux adaptés et plus accessibles », indique Krisztian Danka, l’un des quatre kinésithérapeutes. Le choix de la MSP convainc à l’unanimité.

Les kinésithérapeutes ont récemment monté un projet de santé avec les médecins sur le sport-santé et les maladies chroniques, qui fait aussi intervenir des psychologues et diététiciens. « Depuis cette année, nous prenons en charge des patients sur une durée de six mois, en relais avec un coach sportif, pour des cours de sport et des conseils d’éducation », explique Krisztian Danka.

D’autres projets de santé ont été lancés, notamment la coordination autour de patients complexes. Le principe ? Lorsqu’un patient est hospitalisé en SSR, une réunion de synthèse est organisée avec la coordinatrice de la MSP – une infirmière de l’hôpital mise à disposition –, le médecin traitant, les infirmières libérales et les assistantes sociales. « Nous tenons également une réunion de concertation pluridisciplinaire pour les cas difficiles de maintien à domicile, afin d’éviter les réhospitalisations », indique Jean-Louis Gerschtein.