Décembre 2016

La qualité par les réseaux de soins : une chimère ?

Économiste de la santé libéral, Frédéric Bizard, dans Le Vrai Visage des réseaux de soins, destiné aux candidats à la présidentielle, répond aux arguments avancés par les organismes privés dans le rapport Asteres (commandité par Santéclair, le Ciss, et 60 millions de consommateurs). Il explique pourquoi les réseaux de santé mènent, sans contrôle, une stratégie exclusivement comptable, préjudiciable pour la qualité des soins, la liberté de choix et l’innovation. Pour les restes à charge élevés en dentaire et en optique qui seraient mieux contrôlés dans un réseau de soins, il affirme que « la stigmatisation des pratiques tarifaires des professionnels de santé, qui seraient la seule raison du reste à charge des patients, n’a aucun fondement ». À propos des réseaux, qui seraient garants de la qualité : « Le seul objectif du réseau, c’est de faire baisser les prix. On l’a bien vu à l’occasion de l’affaire Dentexia, dans le sud de la France, qui s’est terminée au bout de trois ans, par 2 400 patients mutilés et une facture estimée à une dizaine de millions de dommages, par l’Igas. La santé n’est pas une marchandise comme une autre ! »