Novembre 2019

PLATEFORME. Ernesti, des gardes de nuit pour gagner en sérénité

Gaëlle Desgrées du Loû

ENTRE SAVOIR-ÊTRE ET SAVOIR-FAIRE

Issus des facultés de médecine (un tiers), d’instituts de formation en soins infirmiers (un tiers) et d’autres filières en santé (un tiers), les étudiants, présents à domicile de 20 h à 8 h, deviennent un maillon de l’écosystème du maintien à domicile. « Leur formation leur permet d’avoir une certaine connaissance des problématiques, un savoir-être et un savoir-faire auprès d’une population âgée vulnérable », précise Séverine Zakoian, qui aspire à développer les liens avec les médecins traitants et les infirmières libérales.

Étudiante en 3e année de médecine à Paris-VI, Nora Dufour s’est lancée dans l’aventure en juin dernier, à raison d’une ou deux nuits par semaine, en accompagnant une personne de 85 ans souffrant de démence. « Je cherchais un job étudiant, et celui-ci permet d’avoir une certaine flexibilité. C’est l’occasion d’établir une continuité entre l’hôpital et le domicile et de se rendre compte de ce qu’est la vie avec des personnes ayant des troubles cognitifs. On cuisine ensemble, on a le temps de discuter, on sent qu’elle apprécie. Au début, elle me réveillait à plusieurs reprises, mais depuis qu’elle a changé de traitement ça va mieux », raconte-t-elle. Après d’inquiétants épisodes de fugue, Hélène Gros- Lafaige a fait appel aux services d’Ernesti pour ses parents de 91 et 80 ans, qui souffrent de deux types de démence différentes et souhaitaient être à domicile. « Cela m’a apporté une sécurité nocturne. Même si j’essaie d’être toujours joignable, je n’ai plus à me déplacer. La chouette les met à table, les aide à ranger, leur propose un jeu ou un film. Avant, ils se couchaient à 4 ou 5 h du matin, maintenant, c’est extinction des feux à 23 h. Et l’étudiante temporise et fait une interface avec mes parents alors que, pour eux, je ne suis plus une professionnelle mais encore leur petite fille. Cela me fait un bien fou ! », témoigne cette médecin généraliste, elle-même coordinatrice en Ehpad.